À Kaliningrad, le nucléaire aux oubliettes

Le projet de centrale nucléaire est enterré dans la plus grande indifférence, mais à la satisfaction des opposants.

Plus qu’un refus, c’est un abandon, en silence. Moscou se détourne du projet de centrale nucléaire à Kaliningrad, au cœur de l’Europe, sans mot dire. Depuis les prémices du projet, dans les années 1990, la population locale s’y oppose fermement. Et pour cause. Le dossier compte de multiples lacunes quant à la gestion des déchets, d’un démantèlement ultérieur ou, pire, d’un accident majeur. Aucune déclaration officielle n’a été faite sur l’arrêt du projet et l’Agence fédérale de l’énergie atomique (Rosatom)…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents