Économie : Chiche pour Montebourg !

Le gouvernement vient de démontrer que la politique peut reprendre la main sur la finance.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le gouvernement vient incidemment de démontrer que la politique peut reprendre la main sur la finance. Le décret d’Arnaud Montebourg sur le patriotisme économique, plébiscité par 70 % des Français, autorise désormais l’État à s’opposer à la prise de contrôle d’une entreprise française « stratégique » menacée de rachat par un investisseur étranger. « Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties, s’est félicité Montebourg. C’est un réarmement fondamental de la puissance publique. » Car grâce à ce décret, celle-ci pourra peser davantage dans les négociations. Notamment dans le cas d’Alstom, en passe d’être racheté par l’américain General Electric. Qui connaît bien le principe, puisque le même existe… aux États-Unis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents