Dossier : Travail, temps libre : Tous intermittents ?

Intermittents : « On ne vole pas nos 1 600 euros par mois »

Trois intermittents du spectacle témoignent de la difficulté croissante à vivre de ce régime et affirment la nécessité de revenir à la situation d’avant 2003 pour pérenniser leur activité.

Leur intermittence, ils y tiennent. Ce ne sont pas des « privilégiés » du système, mais des professionnels pour qui ce régime est adapté, nécessaire. Et ils le lui rendent bien, travaillant sans compter. Pour moins de précarité et de « course aux cachets », ils défendent le retour à un calcul sur la base de 507 heures en un an. Ils forment le gros des troupes, loin des fantasmes sur les abus. Solides dans leurs projets et néanmoins fragiles dans leurs droits. « Notre particularité est de vouloir travailler…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.