Le CIDJ en sursis

Le gouvernement Valls poursuit la privatisation du service public de l’orientation.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’orientation est en danger. Après les mauvais coup portés durant le quinquennat Sarkozy, le gouvernement Valls poursuit la privatisation du service public de l’orientation. Au CIDJ, ce centre d’information et d’orientation situé à Paris, là où 130 000 jeunes trouvent conseil sur les formations et les métiers chaque année, les fonds publics fondent comme neige au soleil. « Depuis 2006, le CIDJ a subi 30 % de baisse de ses effectifs. L’imminence d’un plan social interroge fortement sur le devenir de ses missions », alertent les syndicats, qui estiment que « c’est l’ensemble du réseau information jeunesse (1 500 structures) qui est menacé ».


Haut de page

Voir aussi

Comment l’État a flingué l’usine qui fabriquait ses masques

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents