Dossier : Hollande, Valls : Enfin seuls !

« Il va falloir faire preuve d’imagination »

Pour les organismes d’éducation populaire, la réforme des temps scolaires est l’occasion d’une complémentarité des temps éducatifs. À condition de s’appuyer sur les territoires et d’impliquer toutes les ressources locales.

Coéducation. C’est le principe que défendent les organismes d’éducation populaire depuis… les années 1950. Le concept se justifie encore plus aujourd’hui alors qu’un enfant arrivant au collège a déjà passé, en heures cumulées, l’équivalent de deux ans devant des écrans pour un an à l’école et un an dans des loisirs organisés. « Sur les écrans, on a peu de prise, pointe Éric Favey, secrétaire national de la Ligue de l’enseignement. D’où l’intérêt de mieux penser le temps périscolaire. » Pour la Ligue, qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents