Ces drames qu’on oublie

Avec « Réfugiés », Arte lance une série de reportages sur les camps vus par différents artistes. Un autre regard, loin des contraintes pédagogiques ou historiques.

Voilà deux siècles, le gouvernement du Bhoutan organisait une immigration massive de Népalais afin de renforcer la main-d’œuvre nécessaire à l’exploitation de ses plaines fertiles. Les Népalais sont arrivés par dizaines de milliers et se sont implantés, devenant des citoyens bhoutanais à part entière. Leur influence s’est élargie au XXe siècle dans les cercles économiques et politiques, jusqu’à inquiéter les autorités, qui ont mis en place une série de lois discriminatoires ponctuées de persécutions. En…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents