Hollande, Sarko et la Ve République

En trois actes, MM. Valls, Hollande et Sarkozy nous ont montré ce qu’était la Ve République : un théâtre de vanités étranger à la démocratie.

La semaine avait déjà été éprouvante. Il nous avait fallu supporter le discours bravache de Manuel Valls à l’Assemblée (« Gouverner, c’est tenir »), puis assister à l’exercice de contrition d’un président de la République qui n’est plus sûr de rien, mais qui continue son bonhomme de chemin, non plus pour « inverser la courbe du chômage », ni même pour résorber les déficits, mais tout simplement parce que les institutions lui permettent de continuer. Ce qui, on en conviendra, n’est pas très excitant pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents