Se passer des graines des multinationales

On évite de verser une obole inutile à l’industrie des graines.

Que faire ? Récolter et sélectionner soi-même les semences des fruits, légumes et fleurs. Que l’on règne sur un appui de fenêtre, une terrasse ou un jardin. Soit pour ressemer l’année suivante, soit pour échanger. Une opération possible avec toutes les plantes, à condition qu’elles ne soient pas « hybrides F1 ». Car, dans ce cas – malheureusement de plus en plus fréquent –, la seconde génération est de mauvaise qualité. Ainsi, en cette fin de saison, d’une tomate bien mûre coupée en deux, on peut extraire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents