U2 au téléphone (À flux détendu)

Apple et le groupe irlandais : un échange de bons procédés marketing qui n'a pas été du goût de tout le monde.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Je dois l’avouer, j’ai un défaut, un seul, mais un gros : je possède un téléphone portable de la marque à la pomme. Or, depuis peu, figurent parmi la liste de mes morceaux sur iTunes ceux du dernier album de U2, Songs of Innocence, sans que je n’aie rien demandé. Suffit d’appuyer sur l’icône pour que le titre soit téléchargé… Sur la planète, nous sommes un demi-milliard d’individus dans le même cas. C’est-à-dire autant d’utilisateurs d’iTunes qui ont eu la surprise de voir apparaître sur leurs téléphones, ordinateurs et autres iPad le nouvel album du groupe irlandais. C’est la manière délicate qu’ont trouvée U2 et Apple pour assurer sa promotion. Le groupe s’est aussi produit sur scène lors du grand raout organisé pour le lancement de l’iPhone 6.

Un échange de bons procédés marketing qui aurait dû profiter aux deux parties… Sauf que certains mal lunés ont trouvé la méthode intrusive et l’ont manifesté bruyamment. L’intégrale de Claude François, passe encore, mais U2… Le mouvement de grogne a été jugé suffisamment fort pour qu’Apple se sente obligé de mettre au point une application gratuite destinée à effacer l’opus importun. L’application est en service depuis lundi 15 septembre, Monday bloody Monday … Selon le New York Times, l’opération promotionnelle, proche aujourd’hui du fiasco, aurait coûté 100 millions de dollars à la firme américaine, qui, en outre, avait déboursé une somme estimée à plusieurs dizaines de millions de dollars pour obtenir l’exclusivité de l’album. Mais ne faut-il pas voir dans cette déroute le génie stratégique d’un Bono, leader du groupe et champion de l’engagement lyrico-humanitaire, qui aurait ainsi décidé de s’attaquer au capitalisme en affaiblissant la puissante multinationale ? Il ne faut rien sous-estimer de la part de ce philanthrope qui a déménagé, rappelons-le, le siège de « U2 Limited » aux Pays-Bas pour ne pas payer l’impôt sur les royalties en Irlande…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents