Affaire Halimi : Le crime était crapuleux

L’avocat Gilles Antonowicz produit une enquête rigoureuse sur l’assassinat du jeune Ilan Halimi par le « gang des barbares ».

Voilà un livre qui ne peut qu’attirer des ennuis à son auteur. En démontrant, au terme d’un travail rigoureux, que l’assassinat du jeune Ilan Halimi, le 13 février 2006, relevait beaucoup plus du crime crapuleux que du meurtre antisémite, l’avocat Gilles Antonowicz s’expose à deux périls : être la cible des organisations communautaires juives et être instrumentalisé par les antisémites. Pour éviter ces écueils, l’auteur produit une enquête qui ne prête à aucun moment le flanc à de mauvaises interprétations…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents