Déclarations d’humour

Une joyeuse mascarade sur le pouvoir du langage, par Victor Quezada-Perez et sa compagnie Umbral.

Quatre cadres dorés à la moulure vieillotte. De ceux qui décorent les murs des maisons hantées dans les films d’horreur. Mais dans ce Cabaret des mots de Matéi Visniec, pas besoin d’attendre que les gravures daignent sortir de l’immobilité et cligner de l’œil pour révéler leur caractère maléfique : les tableaux sont habités par six figures en mouvement perpétuel, qui profitent de la moindre occasion pour s’échapper de leur petit carcan. Imaginées par le maître-clown Victor Quezada-Perez et sa compagnie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.