Tunisie : Net recul des islamistes

Le parti Ennahda, devancé par le parti séculier Nidaa Tounès aux législatives, a aussitôt reconnu sa défaite.

Un leader de l’opposition qui appelle son rival pour le féliciter avant même que les résultats soient officiels, ce sont des mœurs politiques plutôt inhabituelles dans le monde arabe. C’est pourtant ce qui s’est produit lundi soir, quand le chef du parti islamiste tunisien Rached Ghannouchi a appelé le président du parti séculier Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, pour le congratuler de sa victoire aux législatives de dimanche. Un geste qu’il n’a pas manqué de faire connaître par sa propre fille, Soumaya…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents