Dossier : Sivens, Notre-Dame-des-Landes, Tyon-Turin... La fracture démocratique

La fracture démocratique

Depuis la mort de Rémi Fraisse, la contestation du barrage de Sivens a pris une dimension symbolique et une résonance politique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le barrage de Sivens ne sera pas construit. Depuis la mort de Rémi Fraisse, touché par une grenade offensive lancée par un gendarme dans la nuit du samedi 25 octobre sur le site du projet contesté, l’affaire a pris une dimension symbolique et une résonance politique telles qu’il est devenu impensable de voir les pelleteuses reprendre du service sur la zone humide du Testet (Tarn). « Va-t-on ériger un barrage sur un cadavre ? », tonnent les écologistes.

Au-delà du scandale du décès du jeune militant, de la polémique suscitée par deux mois de répressions violentes et du sidérant manque de compassion des autorités, l’affaire a déclenché une nouvelle crise politique au sein d’une majorité PS-EELV de plus en plus virtuelle, et déstabilisé un gouvernement pris en faute. Car le dossier du barrage de Sivens révèle un mépris flagrant de la part des pouvoirs publics à l’encontre de contestataires qui ne demandaient qu’à débattre de leurs arguments, pleinement recevables à la lecture du rapport d’expertise remis la semaine dernière à la ministre de l’Écologie. Ségolène Royal organisait le mardi 4 novembre une concertation de la 25e heure pour trouver une solution. En bonne logique, elle devrait enterrer l’indéfendable projet du conseil général du Tarn et soutenir un équipement plus modeste, ajusté aux besoins réels en irrigation, peu coûteux et à l’impact environnemental négligeable. Validant ainsi les contre-propositions des associations et soulignant de manière encore plus crue trois ans d’entêtement et de manipulations orchestrées par les élus et l’administration.

En condamnant les anti-barrage au nom de la légitimité de la chose votée, le gouvernement – par les voix dominantes du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve – aura finalement soutenu, implicitement, un dévoiement de l’intérêt général. Un dévoiement qu’on observe hélas à grande échelle. Notre-Dame-des-Landes, ferme-usine des mille vaches, ligne de TGV Lyon-Turin, complexe Europacity, pour ne citer que les projets d’aménagement les plus connus : combien d’autres Sivens couvent en France ?


Phoyo : AFP PHOTO / REMY GABALDA

Haut de page

Voir aussi

Articles récents