« Le Triangle d’hiver », de Julia Deck : Trouble identité

Le Triangle d’hiver, deuxième roman de Julia Deck.

Chez Julia Deck, les identités ne sont pas sûres. Déjà, Viviane Élisabeth Fauville, héroïne de son premier roman éponyme, avait le prénom fluctuant. Dans ce deuxième roman, le Triangle d’hiver, une jeune femme, « Mademoiselle », entre dans la peau de Bérénice Beaurivage. Elle s’est choisi ce nom parce qu’il est celui d’une romancière qu’interprète Arielle Dombasle dans un film d’Éric Rohmer. Blonde, elle se trouve une ressemblance avec l’actrice, et romancière est une activité qui lui convient. Bien mieux…

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents