Une bataille pour les droits civiques

Des associations organisent une journée contre l’islamophobie. Politis s’y est associé.

La récente affaire du rectorat de Poitiers en témoigne : l’islamophobie n’est pas un racisme comme les autres. Être islamophobe, ce n’est même pas transgresser un interdit, c’est un racisme décomplexé que s’autorisent les institutions sous divers prétextes. À Poitiers, c’est au nom de la prévention contre la « radicalisation religieuse » qu’une circulaire destinée aux enseignants dresse le portrait-robot d’un jihadiste potentiel. Un portrait qui stigmatise quiconque portant « l’habillement musulman »…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.