Zemmour ou « l’impuissance de la gauche »

Noël Mamère et Patrick Farbiaz analysent le succès actuel de la pensée réactionnaire.

Lou-Eve Popper  • 11 décembre 2014 abonné·es
Zemmour ou « l’impuissance de la gauche »
© **Contre Zemmour, réponse au Suicide français** , Noël Mamère et Patrick Farbiaz, Les Petits matins, 96 p., 7,50 euros.

Pourquoi la pensée réactionnaire rencontre-t-elle un tel succès ? Voici la question fondamentale que se posent les auteurs de Contre Zemmour, réponse au Suicide français. Noël Mamère, député de Gironde, et Patrick Farbiaz, militant écologiste, ont choisi de prendre au sérieux l’essai du polémiste Éric Zemmour et d’analyser sa réussite comme un symptôme. Celui d’une société française gagnée par la peur du « grand remplacement » et visiblement conquise, au vu des chiffres de vente, par les thèses « déclinistes » de l’essayiste réactionnaire.

Le Suicide français fonctionne, nous disent Mamère et Farbiaz, car Éric Zemmour est simple et efficace. Il obtient l’acquiescement du lecteur en choisissant des exemples, dans le cinéma ou la musique, qu’il « suridéologise » pour asséner des vérités sur la déliquescence de la France. Ailleurs, il essentialise des communautés afin de les maintenir dans des rôles qu’il estime naturels. Surtout, il tord les chiffes et les faits pour réécrire une histoire fantasmée. Car la charge de l’essayiste contre la modernité est aussi l’occasion de faire preuve d’un révisionnisme historique décomplexé. Éric Zemmour s’autorise ainsi à affirmer que 63 homosexuels français seulement ont été déportés dans les camps de concentration nazis à cause de leur orientation sexuelle. C’est faux : selon l’association Les Oublié-e-s de la mémoire, ils furent 350 à être emprisonnés ou déportés, tandis que 10 000 à 15 000 ont subi le même sort à l’échelle de l’Europe. Mais la capacité d’Éric Zemmour à manier la rhétorique ne peut expliquer à elle seule le succès d’édition de son essai. La gauche a, elle aussi, sa part de responsabilité, estiment les deux auteurs, dans le triomphe des idées racistes, sexistes, homophobes et islamophobes proférées par le pamphlétaire. « Le succès du Suicide français, affirment-ils, est le miroir idéologique de l’impuissance d’une gauche qui a démissionné en reniant ses convictions et ses principes. »

Cette dernière partie du livre se révèle la plus intéressante, car elle constitue un véritable mea culpa de la part d’un responsable politique de gauche tel que Noël Mamère. Une gauche coupable d’avoir renoncé à la bataille idéologique. Une gauche paresseuse qui ne s’est pas adaptée : son programme de base est resté peu ou prou celui du Conseil national de la Résistance, et sa figure emblématique Jean Jaurès. Il faut qu’elle se remette en mouvement, suggèrent les auteurs. Qu’elle mène enfin une révolution gramscienne, c’est-à-dire qu’elle relève le défi idéologique posé par la droite. En abandonnant le communisme « qui est mort » et la social-démocratie  « qui se meurt ».

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant