Après les attentats, les défis de l’école

Dans la communauté éducative, l’heure est aux questionnements. Comment réagir face aux réactions violentes de certains élèves ? Comment parler du fait religieux en respectant le principe de laïcité ? Des enseignants témoignent.

Ingrid Merckx  • 22 janvier 2015 abonné·es
Après les attentats, les défis de l’école
© Photo : AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

Dès le lendemain des attentats contre Charlie Hebdo et l’épicerie casher de la porte de Vincennes, les établissements scolaires ont été confrontés à des difficultés inédites. Près de deux cents incidents ont été répertoriés dans les écoles, dont quarante signalés à la police, ce qui suppose des violences. Mais combien d’autres ont été réglés par les enseignants et n’ont pas été comptabilisés ? Derrière ces chiffres, on perçoit le désarroi des profs : « Que faire devant des propos insupportables ? », résume Ingrid, professeur d’anglais en lycée professionnel à Paris et à Nanterre (92). « L’école est en première ligne », a reconnu la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, à l’Assemblée, le 14 janvier. Elle a promis des sanctions allant du rappel à l’ordre au conseil de discipline, voire plus lorsque les propos relèvent de l’« apologie

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 9 minutes