Après les attentats, les défis de l’école

Dans la communauté éducative, l’heure est aux questionnements. Comment réagir face aux réactions violentes de certains élèves ? Comment parler du fait religieux en respectant le principe de laïcité ? Des enseignants témoignent.

Ingrid Merckx  • 22 janvier 2015 abonné·es
Après les attentats, les défis de l’école
© Photo : AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

Dès le lendemain des attentats contre Charlie Hebdo et l’épicerie casher de la porte de Vincennes, les établissements scolaires ont été confrontés à des difficultés inédites. Près de deux cents incidents ont été répertoriés dans les écoles, dont quarante signalés à la police, ce qui suppose des violences. Mais combien d’autres ont été réglés par les enseignants et n’ont pas été comptabilisés ? Derrière ces chiffres, on perçoit le désarroi des profs : « Que faire devant des propos insupportables ? », résume Ingrid, professeur d’anglais en lycée professionnel à Paris et à Nanterre (92). « L’école est en première ligne », a reconnu la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, à l’Assemblée, le 14 janvier. Elle a promis des sanctions allant du rappel à l’ordre au conseil de discipline, voire plus lorsque les propos relèvent de l’« apologie du terrorisme ». Le portail du ministère a mis en ligne un dossier intitulé « Liberté de conscience, liberté d’expression : outils pédagogiques pour réfléchir et débattre avec les élèves ». Si l’école est aujourd’hui en première ligne, c’est qu’elle concentre et répercute la confusion qui ébranle la société tout entière au lendemain des attentats. Peut-on au moins espérer que cette réflexion entamée dans les pires conditions soit menée à son terme et sans tabous ? Avant cela, voyons comment les difficultés se sont manifestées.

La minute de silence

Les élèves qui ont fait du grabuge pendant la minute de silence sont majoritairement parmi les plus âgés (les petits, jusqu’en cinquième, étant surtout frappés par les morts), mais aussi parmi ceux qui perturbent déjà la classe d’ordinaire. Des « cas sociaux »,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier