Le bal des crapules

Yann Dacosta met en scène un Labiche hilarant sur le mode de la noirceur. Culot et ingéniosité au service d’une comédie dézinguant la bourgeoisie.

Ce brave Eugène Labiche, bon bourgeois doté d’un diabolique sens de l’observation mais pas révolutionnaire pour un sou, n’avait pas toujours conscience des explosifs qu’il fabriquait parfois. L’Affaire de la rue de Lourcine, qu’il écrivit avec deux collaborateurs, Édouard Martin et Albert Monnier, devait être pour lui une farce se moquant sans trop de méchanceté de la classe sociale à laquelle il appartenait. Or, cette modeste pièce en un acte a passionné bien des metteurs en scène, de Patrice Chéreau à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.