L’enjeu grec

Une nouvelle force politique a émergé avec un discours construit et une base sociale. La victoire de Syriza n’est pas seulement grecque, elle est européenne.

Ne boudons pas notre plaisir. La victoire de Syriza, plus large encore que prévue, nous comble d’aise. Mais, empressons-nous de la célébrer car nous savons qu’elle est annonciatrice d’autres combats, à l’issue incertaine. D’ailleurs l’ennemi n’a pas attendu pour sonner la charge. Dès lundi, les huiles de la finance européenne se sont relayées pour sommer Alexis Tsipras d’appliquer la même politique que son prédécesseur. Comme si rien ne s’était passé. Comme si la démocratie n’était qu’un mot futile pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.