Quand la haine s’épanche sur les réseaux sociaux

Après la diffusion de messages haineux à l’encontre de Charlie Hebdo ou des musulmans, certains évoquent un plus grand contrôle d’Internet.

Mercredi 7 janvier. Moins d’une heure après l’attentat à la rédaction de Charlie Hebdo, Internet s’enflamme. Le slogan « Je suis Charlie » charrie avec lui les messages de fraternité et de liberté. Mais alors que la plupart des citoyens expriment leur effroi et leur solidarité avec la rédaction du journal, certains se lâchent. « Bien fait pour eux », clament une poignée d’internautes, tandis que d’autres tiennent des propos islamophobes. Rapidement, ces messages malveillants sont montés en épingle,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.