Syriza, le chiffon rouge

Entre diabolisation et banalisation, le parti d’Alexis Tsipras n’a pas la cote dans les médias français, qui soulignent le chaos qui régnerait si la gauche l’emportait en Grèce.

Avant que les attentats ne remplissent l’actualité, les élections législatives en Grèce commençaient à occuper les médias. France 2 ouvrait ainsi lundi 5 janvier son JT de 20 heures sur le sujet : « La chancelière allemande n’exclut plus une sortie de la Grèce de la zone euro, qu’elle juge quasiment inévitable en cas de victoire du parti de la gauche radicale Syriza. S’il est élu, dit en voix off un commentaire, son leader pourrait refuser de rembourser la dette gigantesque de son pays. » Résultat : « Un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.