Cinq mensonges sur la dette grecque

Non, les contribuables français ne paieront pas pour les Grecs. Non, le pays n’est pas redevenu « compétitif ». Oui, une « contagion » serait positive…

Depuis l’arrivée de Syriza au pouvoir, beaucoup d’impostures et d’approximations circulent autour de la dette grecque. Décryptage. « La dette coûtera cher aux Français » « Un défaut sur la dette grecque coûterait 40 milliards d’euros à la France », peut-on lire dans le Figaro du 23 janvier, ce qui représenterait 735 euros par contribuable. Cet argument selon lequel une difficulté de la Grèce à rembourser sa dette publique conduirait à augmenter les impôts en France est faux. La Grèce ne veut pas faire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.