ZAD éclair à Marseille

Du 22 au 29 janvier, des citoyens ont tenté de défendre un espace vert. Une expérience inédite en milieu urbain.

Emmanuel Riondé  • 5 février 2015 abonné·es

Vendredi 30 janvier au matin, la police a mis fin à une expérience sans précédent au cœur de la deuxième ville de France [^2]. Pendant huit jours, une centaine de personnes se sont relayées nuit et jour pour occuper un petit parc public promis à la construction d’un immeuble. Cédé par la mairie à Unicil, groupe immobilier intervenant dans l’habitat social, le parc Michel-Lévy a longtemps été le seul espace vert du quartier. En lieu et place devrait bientôt se dresser un immeuble d’une cinquantaine de logements et un parking public sur trois niveaux. La mairie et l’acquéreur Unicil ont eu beau répéter ces dernières années qu’un jardin y serait recréé «  à l’identique  », personne n’y a jamais cru. Malgré sept ans de lutte citoyenne, de démêlés judiciaires en tentatives de récupération politique, la mobilisation a fini par s’essouffler, surtout après la fermeture du parc en juin 2013. Mais l’arrivée des engins sur le site, le 21 janvier, et l’abattage des premiers arbres ont ranimé la flamme.

Dès le premier soir de l’occupation, le 22 janvier, un immense tag signalait à l’entrée : «  ZAD Michel-Lévy à la mémoire de Rémi Fraisse  ». Le ton était donné. Et du haut du micocoulier où il avait installé sa plateforme, le militant de Greenpeace David Escalier ne se faisait pas prier pour confirmer : «  Nous sommes liés à toutes les ZAD, celles du Testet, de Notre-Dame-des-Landes, de Center Parcs…   » Riverains, militants écolos chevronnés, zadistes de la nouvelle génération – dont un bon nombre passés par Sivens –, Marseillais refusant le bétonnage de la ville, beaucoup, durant la séquence, ont choisi de s’appeler Michel(le). «  Le but premier, c’était l’occupation », résume Valeria, dont les enfants ont appris à faire du vélo dans le parc Michel-Lévy. Mercredi 28 janvier, jour des enfants, les zadistes ont organisé une réappropriation ludique du jardin : tipis, balançoires, souches d’arbres bariolées. Deux jours et une intervention de police plus tard, le bruit des tronçonneuses sonnait le glas de cette parenthèse. Avec la promesse de poursuivre la lutte quand sera dissipée l’amertume de ce triste épilogue.

[^2]: Lire notre récit de l’évacuation sur Politis.fr

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Nicolas, pêcheur de Loire : une espèce en voie de disparition
Portrait 24 juillet 2024 abonné·es

Nicolas, pêcheur de Loire : une espèce en voie de disparition

Sur le plus long fleuve de France, ils ne sont plus qu’une soixantaine à exercer leur métier. Une activité qui fait figure d’artisanat en comparaison de la pêche en mer. Rencontre avec un passionné attentif à son environnement.
Par Mathilde Doiezie
De Poitiers à La Rochelle, une lutte contre les mégabassines entre flammes et océan
Reportage 22 juillet 2024

De Poitiers à La Rochelle, une lutte contre les mégabassines entre flammes et océan

Au cours d’une semaine de mobilisation contre les mégabassines, des milliers manifestants se sont rassemblés dans les Deux-Sèvres à l’appel des Soulèvements de la terre et de Bassines Non Merci. Les 19 et 20 juillet, les militants ont manifesté à côté de Poitiers et à La Rochelle pour exiger un moratoire. Récit et photos.
Par Maxime Sirvins
Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre