Donner ses organes post-mortem

En l’absence de choix explicite, ce sont les proches qui décident.

Que faire ? En parler ! D’accord, la discussion sur le don d’organes n’est pas forcément la chose la plus facile à aborder entre le fromage et le dessert pendant les repas de famille… Mais, s’il vous arrive malheur, les médecins se tourneront d’abord vers vos proches pour savoir si vous n’étiez pas opposé à faire don de vos organes de votre vivant. Et ce, même si vous possédez une carte de donneur – elle n’a pas de valeur légale et, bien souvent, n’est pas retrouvée à temps, sachant qu’un cœur, par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.