La finance d’abord

Le groupe Banque populaire et Caisse d’épargne est en excellente santé, tandis que de nombreux salariés sont en souffrance.

Les alertes affluent de toute part : « Nombre de nos collègues craquent ou tiennent uniquement grâce aux médicaments. Nous sommes confrontés à des contraintes ingérables », prévient une intersyndicale du groupe Banque populaire Caisse d’épargne (BPCE) récemment constituée, qui rassemble tous les syndicats du groupe (CFDT, CFTC, CGT, FO, SNE, SUD, Unsa). Ces organisations sont unanimes pour tirer la sonnette d’alarme sur une « dégradation des conditions de travail jamais observée à ce jour dans le groupe ».…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.