Dossier : Départementales : À qui la faute ?

Le cyber-harcèlement, cause nationale

La mode des réseaux sociaux vient amplifier le phénomène des violences verbales, très répandu au collège.

Le cyber-harcèlement est l’une des formes de danger les plus présentes sur Internet. L’évolution des réseaux sociaux et l’addiction des adolescents aux nouvelles technologies encouragent malheureusement son développement. Ainsi, dans notre collège, 56 % des élèves passent plus de deux heures par jour à « snapchatter » (utiliser Snapchat, voir encadré) ou à naviguer sur de nombreux réseaux sociaux. Si 60 % des jeunes interrogés se rendent bien compte qu’il est dangereux d’exposer sa vie privée, la frontière…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.