Trois leviers pour la Grèce

La Grèce doit gagner du temps sans lâcher sur l’essentiel.

Thomas Coutrot  • 19 mars 2015 abonné·es

La Grèce peut-elle sauver l’euro ? Cette question semble déplacée : son économie représente 3 % de la zone euro et le gouvernement grec affronte seul le bloc néolibéral constitué par la troïka et les 17 autres gouvernements de la zone, France comprise. L’affaire semble entendue : soit Syriza cède au chantage européen, et renonce à son programme de rupture avec l’austérité ; soit la Grèce quitte l’euro, de gré ou de force. Dans le premier cas, les perspectives de mouvements sociaux et celles de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes