Dossier : Mères porteuses : Le débat qui divise les féministes

GPA : Un débat qui divise les féministes

La question de la rétribution et deux visions du corps opposent les féministes sur la gestation pour autrui, qui reste interdite en France. Pour mieux protéger femmes et enfants, ne faudrait-il pas faire évoluer le droit ?

Aucune féministe n’est favorable à l’exploitation. Certaines considèrent que « l’engendrement avec tiers donneur » relève de la liberté de disposer de son corps et du choix consenti de porter un enfant pour autrui. D’autres estiment que la « maternité de substitution » est une décision contrainte : comme il y a toujours au moins dédommagement sinon rétribution dans le cadre d’une gestation pour autrui (GPA), elles ne perçoivent pas le don et considèrent la pratique comme relevant d’un contrat marchand.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.