Texte et contexte

On peut craindre que l’autonomie des collèges ne fasse du principal un manager de PME obsédé par les économies.

Imaginons un instant que Najat Vallaud-Belkacem nous présente sa réforme des collèges dans un climat d’optimisme social, au nom d’un gouvernement débordant d’ambitions éducatives et culturelles, au discours franc et stimulant. Qu’aurions-nous dit ? Que cette idée d’enseignements pratiques interdisciplinaires est excellente ; et que les décloisonnements sont une heureuse initiative. Nous aurions applaudi un projet qui tient compte de l’évolution du monde. Nous aurions allègrement jeté par-dessus bord un «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents