La communauté critique qui vient

Éric Loret publie un essai où il développe une conception exigeante et ouverte de la critique des œuvres, fondée sur l’échange et le partage.

Défendre une cause perdue. Il y a quelque chose d’« héroïque » aujourd’hui à prendre le parti de la critique des œuvres, comme le fait Éric Loret. Au reste, c’est à peine si lui-même y croit encore. Ou, plus exactement, il fait à juste titre le constat de sa totale disqualification dans l’univers du « capitalisme tardif », qui non seulement n’a pas besoin d’elle, mais se porte mieux sans. « Ses formes traditionnelles sont données pour mortes, écrit-il, de même que la presse qui l’a abritée. » Il en sait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.