Les cruels dilemmes de Syriza

Le parti d’Alexis Tsipras est dans une situation paradoxale. Il connaît une crise très grave de contestation des choix gouvernementaux, mais reste majoritaire dans le pays. L’analyse d’Angélique Kourounis.

Une fois de plus, la gauche grecque, et plus particulièrement Syriza, se déchire. Sauf que cette fois le dilemme n’est plus théorique, mais on ne peut plus pratique. Le parti de la gauche radicale est au pouvoir, et il doit voter des textes de lois au Parlement. Des textes qui n’ont plus rien à voir avec les promesses électorales. Pire, non seulement ils sont l’émanation d’une politique néolibérale aux antipodes de celle de Syriza et de tout parti de gauche qui se respecte, mais de ce vote et de cette mise…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents