Notre-Dame-des-Landes : Nantes-Atlantique, la bonne piste

Le rassemblement annuel des opposants, les 11 et 12 juillet, va se saisir d’une étude citoyenne qui montre que l’actuel aéroport peut couvrir les besoins à venir, réfutant la nécessité d’en bâtir un autre.

Patrick Piro  • 8 juillet 2015 abonné·es
Notre-Dame-des-Landes : Nantes-Atlantique, la bonne piste
© Photo : EVRARD / AFP

Pas d’autre solution qu’un aéroport neuf à Notre-Dame-des-Landes. Des années durant, le discours officiel a défendu ce projet comme une nécessité découlant des limites indépassables de l’actuel équipement de Nantes-Atlantique : croissance de sa fréquentation, piste inadaptée aux très gros porteurs, bruit généré par le survol de l’agglomération nantaise.

La poussée du trafic ? En 2004, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) prévoyait 75 000 mouvements commerciaux par an en 2010 : on en est à 48 000 en 2015. La piste ? Elle est aux normes, tout comme l’ensemble de l’aéroport, aux dires officiels. Le bruit ? Les mesures au sol, à Nantes,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 6 minutes