Les « chibanis » de la SNCF enfin reconnus

La SNCF a été condamnée pour discrimination envers des travailleurs marocains aux salaires et retraites inférieurs à leurs collègues.

Le conseil des prud’hommes de Paris a mis fin, lundi 21 septembre, à une injustice de plus de quarante-cinq ans à la SNCF. Plusieurs centaines de chibanis marocains, embauchés par la SNCF dans les années 1970, ont été reconnus victimes de « discrimination dans l’exécution du contrat de travail » et « dans les droits à la retraite ». Recrutés pour la plupart directement au Maroc, ils ont fait toute leur carrière comme contractuels, avec des niveaux de salaire et de retraite inférieurs à leurs collègues…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents