Réfugié, migrant, même combat

L’accueil des exilés syriens ou irakiens est une nécessité, mais on ne peut ignorer la situation des Roms expulsés de leurs camps ou des sans-papiers déjà présents, alerte un collectif d’associations.

Ingrid Merckx  • 16 septembre 2015 abonné·es
Réfugié, migrant, même combat
© Photo : THOMAS COEX/AFP

Georgia Gabor est assise au premier rang. Fine, maquillée, des cheveux éclaircis tombant sur un chemisier rayé blanc et noir, elle ne perd pas une miette de ce qui se dit dans la salle. « Mais c’est pas de politique dont on a besoin, c’est d’humain ! », lâche-t-elle au sortir de cette conférence de presse sur la situation des populations roms organisée le 10 septembre au Sénat par la sénatrice EELV de Seine-Saint-Denis, Aline Archimbaud, et Patrick Braouezec, président de la Communauté d’agglomération Plaine Commune (Seine-Saint-Denis). Georgia a 17 ans. Elle est en seconde au lycée Arthur-Rimbaud de La Courneuve (93).

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes