Tsipras face au jugement des urnes

Le leader de Syriza risque de payer, dimanche, la ratification du mémorandum du 13 juillet. Correspondance Angélique Kourounis.

Cravate bleue satinée d’un côté, chemise blanche toute simple de l’autre, Vangelis Meïmarakis, chef de l’opposition conservatrice, et Alexis Tsipras, ex-Premier ministre de la gauche radicale, ont croisé le fer pendant plus de deux heures, lundi, dans un débat télévisé retransmis en direct et qui se voulait décisif pour cette campagne électorale. Vangelis Meïmarakis, 61 ans, dont quarante au service du parti conservateur de la Nouvelle Démocratie, a le vent en poupe. Avec environ 24 % d’intentions de vote,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents