COP 21, anthropocène et capitalisme

Il n’y a pas que la force de travail qui a été exploitée, mais aussi les ressources naturelles.

Le cinquième et dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a confirmé la responsabilité humaine dans le réchauffement. C’est une preuve de plus que nous sommes entrés dans l’anthropocène. Les êtres humains sont devenus des acteurs géologiques. Par leur action régulière, ils modifient des équilibres de très long terme. Ils ont injecté une telle quantité de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane (CH4) dans l’atmosphère qu’ils ont renforcé l’effet de serre. Mais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents