Feu ! Chatterton : Cinq garçons qui s’embrasent

Sur scène depuis deux ans, Feu ! Chatterton sort son premier album. De jeunes rockers romantico-burlesques électrisés par le décollage de leur projet.

Ils arrivent à notre rendez-vous au compte-gouttes. Leur manageur grogne. Antoine, à l’heure, prend pour les copains. C’est le benjamin : 26 ans quand les autres le toisent de leurs 28. Plus blond, plus discret, c’est peut-être lui qui ressemble le plus à Chatterton. Ce poète romantique suicidé à 17 ans et célébré par Vigny et Gainsbourg s’est aussi retrouvé couché par Henry Wallis sur un tableau dont le groupe a fait son totem. Moins par propension aux noires humeurs, semble-t-il, que par volonté commune…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents