Beauté (pas si) classique

Les sœurs Caronni voyagent avec grâce dans le passé argentin.

«C ’est l’histoire de tous ces bateaux qui ont traversé l’océan », commente Laura Caronni pour introduire son admirable ode à la Terre Mère, le morceau « Pachamama » présent sur l’album Vuela (2013). Ces flots d’immigrants venus des quatre coins de l’Europe, aux XIXe et XXe siècles, pour implémenter un projet « civilisateur » selon lequel la modernisation de l’Argentine passerait par l’immigration. De cette histoire de sang-mêlé, les sœurs Caronni se sont emparées dès le plus jeune âge et la traduisent en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents