Une affaire de climats

Il n’y a pas d’exemple, dans l’histoire, d’un gouvernement qui n’ait pas eu la tentation, en pareille circonstance, de régler quelques comptes avec le mouvement social.

La peur et la politique sécuritaire, c’est un peu la poule et l’œuf. Ces soldats, fusil-mitrailleur au poing, que l’on croise dans les rues de Paris, on ne sait plus, après quelques jours, s’ils sont là pour rassurer ou inquiéter. D’autant plus que l’on se dit, et sans vouloir faire insulte à leur courage, qu’ils ne pourraient pas grand-chose si la ville était de nouveau la cible d’attaques lancées par des assassins qui veulent eux-mêmes mourir. Mais il n’y a pas que nos samaritains en treillis qui nous…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents