« Le Pont des espions », de Spielberg : Au(x) service(s) du Bien

Le Pont des espions : une réflexion sur la justice et l’intégrité en pleine guerre froide. Un bon Spielberg.

Le Pont des espions fait partie de la veine non spectaculaire de Steven Spielberg, comme le Terminal (2004), où Tom Hanks tenait, comme ici, le rôle principal. C’est souvent la meilleure veine de ce cinéaste, dont l’œuvre, par ailleurs, est trop souvent surcotée. Certes, on retrouve dans le Pont des espions, qui se déroule en pleine guerre froide, dans les années 1950, les mêmes idéaux, sinon la même idéologie, qu’affectionne l’auteur de Minority Report. Steven Spielberg offre, par exemple, une figure…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Emparons-nous du local et refondons la démocratie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents