Arabie saoudite : Incohérences occidentales

La France s’est montrée discrète après les exécutions à Riyad. Il faut dire que d’importants contrats viennent d’être conclus.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les capitales occidentales ont fait preuve de retenue après l’annonce de l’exécution de 47 opposants au régime saoudien, tous qualifiés de « terroristes », dont le dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr. La France a fait le service minimum en « déplorant profondément » les exécutions et en rappelant son « opposition constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances ». Dans le même temps, l’Allemagne s’inquiétait timidement de la « tension…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents