Nicole Ferroni : Ironie chronique

Agrégée ayant quitté l’enseignement, s’est rapidement imposée sur les planches et dans les médias. Avec un sens aiguisé de l’absurde ordinaire.

Un mardi ordinaire ou presque. Ce jour-là, Nicole Ferroni intervient au Théâtre du Gymnase dans un reportage consacré à l’héritage de Coluche. Puis elle enchaîne avec un déjeuner de travail, avant de plancher sur une émission de télé, enfin à la rédaction de sa chronique du lendemain, dans la matinale de France Inter. Emploi du temps dynamique et dynamité s’il en est. Qui lui ressemble furieusement. Elle est volubile, accompagne chaque mot d’une gestuelle en mouvement, mouline des bras, portée par un débit…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Éloge de l’intersectionnalité

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.