Dossier : État d'urgence : La démocratie en danger

Profession : rien à faire

La « placardisation » est encore peu étudiée, ou abordée sous un angle psychologique. Elle est pourtant, comme d’autres phénomènes de souffrance au travail, une conséquence des nouveaux modes de management.

Vous pensez d’abord devenir paranoïaque. À cause des regards fuyants, des conversations qui semblent s’arrêter lorsque vous entrez dans une pièce et de cette désagréable impression que les portes se ferment autour de vous. Vient ensuite « la claque », assenée par un collègue qui a tout vu et se confesse à demi-mot. Puis ce constat : « Vous disparaissez ! » Être « au placard » dans son entreprise, c’est vivre seul au quotidien face à son « ennui mortel ». Passer huit heures par jour derrière son bureau à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.