Rachid Arhab : « La télé est un reflet des blocages de notre société »

Des quotas ne régleraient pas le problème, estime Rachid Arhab. C’est une réflexion politique et collective qui doit être menée.

Jean-Claude Renard  • 3 février 2016 abonné·es
Rachid Arhab : « La télé est un reflet des blocages de notre société »
Rachid Arhab Ancien présentateur du JT et ex-membre du CSA. Coauteur de Quatre nuances de France (Salvator, 2016).
© JACQUES DEMARTHON/AFP

Derrière lui, trois décennies de journalisme et six années au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Rachid Arhab a dirigé le service politique -d’Antenne 2, avant d’être le présentateur phare du JT de 13 heures de France 2, entre 1998 et 2000. Depuis fin janvier, après trois années durant lesquelles, en ancien membre du CSA, il n’a pas eu le droit d’exercer pour une chaîne sous la compétence du CSA, Rachid Arhab a retrouvé sa liberté. Aujourd’hui, il ambitionne de créer une chaîne franco-algérienne, sur le modèle d’Arte. Tout en gardant un œil avisé et critique sur le petit

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes