« Penser la pluralité des populations »

La sociologue Brigitte Maréchal analyse le malaise croissant d’une jeunesse musulmane belge en manque de repères et de reconnaissance.

Pour Brigitte Maréchal, la radicalisation terroriste en Belgique prend sa source tant dans un contexte social que dans un questionnement identitaire et religieux. Un malaise dont la société belge doit répondre. Comment analysez-vous les parcours de radicalisation terroriste de ces jeunes Belges ? Brigitte Maréchal : Il me semble que les jeunes radicalisés sont le produit d’un cocktail détonant entre, pour certains, un contexte social difficile – l’absence de père dans le foyer, la fragilisation de familles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents