Politique culturelle : Les Chorégies en péril

Remous à Orange, théâtre du festival d’art lyrique les Chorégies.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Remous à Orange, théâtre du festival d’art lyrique les Chorégies. En poste depuis 1981, son directeur général, Raymond Duffaut, a démissionné (deux ans avant la fin de son mandat), après que le maire de la cité, Jacques Bompard (Ligue du Sud, extrême droite), a voulu s’immiscer dans les affaires de la manifestation en plaçant à la présidence du festival l’une de ses adjointes. C’est maintenant à la ministre de la Culture, Audrey Azoulay (en accord avec le président de la région Paca, Christian Estrosi), de se mêler au débat, préférant faire respecter « les règles de gouvernance » et jugeant « anormale » cette prise de contrôle de la municipalité. Jusqu’à menacer de supprimer ses subventions, représentant 6 à 7 % du budget global des Chorégies.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents