Politique culturelle : Les Chorégies en péril

Remous à Orange, théâtre du festival d’art lyrique les Chorégies.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Remous à Orange, théâtre du festival d’art lyrique les Chorégies. En poste depuis 1981, son directeur général, Raymond Duffaut, a démissionné (deux ans avant la fin de son mandat), après que le maire de la cité, Jacques Bompard (Ligue du Sud, extrême droite), a voulu s’immiscer dans les affaires de la manifestation en plaçant à la présidence du festival l’une de ses adjointes. C’est maintenant à la ministre de la Culture, Audrey Azoulay (en accord avec le président de la région Paca, Christian Estrosi), de se mêler au débat, préférant faire respecter « les règles de gouvernance » et jugeant « anormale » cette prise de contrôle de la municipalité. Jusqu’à menacer de supprimer ses subventions, représentant 6 à 7 % du budget global des Chorégies.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.