Marathon médical

Sylvain Maurice adapte pour la scène le best-seller de Maylis de Kerangal. Interprété par Vincent Dissez, son Réparez les vivants est un monologue épique entre ombre et lumière.

Lieu récurrent : l’hôpital. Durée : les vingt-quatre heures qui séparent la mort du jeune Simon Limbres, dans un accident de la route, de la greffe de son cœur à une femme atteinte de myocardie. Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal, a l’espace-temps de la tragédie classique. Sa cruauté et son inéluctabilité. Issu d’une citation du Platonov de Tchekhov – « Enterrer les morts et réparer les vivants » –, le titre du roman ramène à une autre époque du théâtre. Mais à du théâtre encore. Ces signes,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents