Marathon médical

Sylvain Maurice adapte pour la scène le best-seller de Maylis de Kerangal. Interprété par Vincent Dissez, son Réparez les vivants est un monologue épique entre ombre et lumière.

Anaïs Heluin  • 20 avril 2016 abonné·es
Marathon médical
© Elizabeth Carecchio

Lieu récurrent : l’hôpital. Durée : les vingt-quatre heures qui séparent la mort du jeune Simon Limbres, dans un accident de la route, de la greffe de son cœur à une femme atteinte de myocardie. Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal, a l’espace-temps de la tragédie classique. Sa cruauté et son inéluctabilité. Issu d’une citation du Platonov de Tchekhov

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 4 minutes