« Sur les cendres en avant » : Une comédie tout feu tout femmes

Avec Sur les cendres en avant, Pierre Notte réussit le pari d’une pièce intimiste entièrement chantée, où le vice et la vertu s’affrontent avec un art renouvelé de la facétie.

Depuis longtemps, sans doute, Pierre Notte, l’auteur de Moi aussi je suis Catherine Deneuve et de Deux Petites Dames vers le Nord, tournait autour de cet objet théâtral difficile à mettre sur orbite : une pièce entièrement chantée. Des couplets surgissant en pleine action, des intermèdes musicaux plus longs que les scènes parlées, on en avait à foison dans ses œuvres précédentes : Notte se montre parfois au piano, donnant lui-même l’impulsion de ses spectacles et aimant toujours brouiller la frontière…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents