Une gigantesque plaisanterie

De cracheur de merde, me voilà transmuté en preux paladin de l’anticonformisme.

Les gens – principalement mes éditeurs et mes journaleux d’accompagnement – racontent que je suis philosophe. Naturellement, je laisse dire : philosophe, c’est gratifiant. Mais, en vérité – à toi, je peux bien le révéler –, c’est une gigantesque plaisanterie (comme disait naguère un écrivain que j’aime bien et dont je ne dédaigne pas de glisser dans mon CV que lui aussi m’apprécie, mais c’est une autre histoire). Dans la réalité, je suis penseur comme t’es l’abbé Pierre. La dernière fois que j’ai fait de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents