300 villes « Debout »

Les rassemblements les plus importants dans le cadre de #GlobalDebout ont eu lieu à Paris et à Madrid.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un Boléro pour le 15 mai. C’est le morceau de Ravel, entré dans le domaine public début mai, que l’Orchestre debout a choisi d’interpréter pour fêter les 5 ans du mouvement espagnol « 15M » et le jour de lancement de Global debout. « À l’appel international lancé par Nuit debout Paris le 15 avril dernier (46 mars) d’occuper les places publiques du monde entier pour se rassembler, s’exprimer et se réapproprier la politique, 130 villes étrangères dans 28 pays ont répondu : “Oui, ensemble, levons-nous !” Les villes françaises aussi ont répondu présentes et 266 d’entre elles se mettront debout », annonçait Nuit debout le 14 mai. Les rassemblements les plus importants ont eu lieu à Paris et à Madrid. Et près de 300 villes, dont Rome, Bruxelles, Belém, Montréal, Genève, ou Kuala Lumpur, se sont mobilisées dans 28 pays, d’après le compte twitter de Global debout. Ce 15 mai aura aussi été l’occasion de lancer la campagne #Nolist, « qui vise à promouvoir des alternatives aux produits des multinationales les plus contestées », premier dans le viseur : Coca-Cola.

Cependant qu’à Paris la place de la République entonnait un « Cumpleanos féliz » pour les Indignés espagnols, à Madrid, ceux-ci quittaient la Plaza del Sol, où la chaîne privée la Sexta installait une estrade pour Podemos. Un peu comme si TF1 ouvrait un plateau à la gauche de la gauche…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents